Une grue sur un chantier de construction

Prévisions de la Bundesbank : La phase de haute conjoncture persiste

La phase de haute conjoncture de l’économie allemande persiste. Le haut degré d’utilisation continue d’augmenter, même si les taux de croissance sont légèrement inférieurs à ceux de l’année précédente. C’est ce qui ressort de la récente prévision conjoncturelle établie par la Bundesbank. Les experts de la Bundesbank s’attendent pour cette année à une hausse du produit intérieur brut (PIB) corrigé des jours ouvrables de 2,0 pour cent et de 1,9 pour cent l’année prochaine. L’année 2020 devrait enregistrer une hausse de 1,6 pour cent. L’an passé, l’économie allemande avait affiché une croissance de 2,5 pour cent. Au total se dégage l’image d’une phase persistante de haute conjoncture, dans laquelle les pénuries de plus en plus importantes du côté de l’offre se traduisent par une forte hausse des salaires et une augmentation de l’inflation au niveau national », a déclaré le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, lors de la présentation des nouvelles prévisions économiques.

Les risques dépassent les chances

Par rapport à leur pronostic de décembre dernier, les experts de la Bundesbank ont corrigé leurs prévisions. Pour 2018, ils tablent désormais sur une croissance économique en retrait de 0,5 point de pourcentage. Ils ont par contre revu leurs pronostics légèrement à la hausse pour les années 2019 et 2020. « Les incertitudes concernant la croissance économique allemande sont nettement plus élevées qu’auparavant », a déclaré M. Weidmann. Selon ses experts, les risques à la baisse émanant du commerce extérieur dépassent les effets émanant d’une politique budgétaire probablement plus expansive en Allemagne.
Selon les estimations des économistes, les exportations et les investissements commerciaux et industriels devraient connaître pour la période de prévision une hausse plus faible que l’année précédente. Par ailleurs, la pénurie progressive de personnel qualifié compromettra de plus en plus la croissance de l’emploi. Malgré une augmentation nettement plus forte des salaires, cette situation freinera en général la croissance des revenus disponibles des ménages, ce qui diminuera la tendance sous-jacente de la consommation privée, peut-on lire dans les prévisions de la Bundesbank. Des effets de soutien pour la demande macroéconomique sont toutefois attendus, surtout pour l’année 2019, des mesures budgétaires expansives du nouveau gouvernement fédéral.

Hausse des prix des biens et des services

Les experts établissent également des pronostics sur l’évolution des prix en Allemagne. Selon eux, le taux d’inflation mesuré par rapport à l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) devrait cette année légèrement augmenter à 1,8 pour cent pour se maintenir à peu près à ce niveau dans les années à venir. « Dans ce contexte, les prix de l’énergie qui perdront nettement en dynamique pour même baisser en fin de compte, cachent que les autres biens et services se renchériront de plus en plus », écrivent les experts. Ils estiment par conséquent que l’inflation dite sous-jacente, donc l’inflation hors énergie et produits alimentaires se situera à 1,4 pour cent cette année et augmentera à 1,7 pour cent en 2019 et à 2,0 pour cent en 2020. Par rapport à leurs pronostics de décembre, les experts ont revus leurs prévisions pour 2018 à la hausse, notamment en raison de l’augmentation des prix de l’énergie. Ils ont toutefois légèrement revu à la baisse leurs pronostics pour 2020.

Valeurs prévisionnelles relatives à la croissance du PIB et à l'inflation

Année

Croissance du PIB

Inflation (IPCH)

2018

2,0 %

1,8 %

2019

1,9 %

1,7 %

2020

1,6 %

1,8 %