Service Navigation

Promouvoir une solution européenne pour les services de paiement universels

Paiement avec un téléphone mobile via NFC

Promouvoir une solution européenne pour les services de paiement universels

Dans son Rapport mensuel actuel, la Deutsche Bundesbank évoque la nécessité de poursuivre le développement de moyens de paiement universels pouvant être utilisés à l’échelle européenne. Ceux-ci devraient être basés de préférence sur des virements en temps réels (Instant Payments). Les ­experts­ estiment qu’il devrait y avoir en Europe des alternatives européennes aux moyens de paiement universellement utilisables tels que Paypal ou Apple Pay. « Les prestataires européens de services de paiement doivent relever le défi de développer des solutions de paiement performantes et utilisables partout en Europe en tant qu’alternative aux concurrents internationaux qui connaissent un succès croissant », écrivent les experts. « Il serait envisageable d’établir une sorte de marque européenne de moyens de paiement qui montre qu’une procédure de paiement nationale par exemple pour le paiement d’achats en ligne fonctionne en principe aussi au niveau européen », indiquent les auteurs du Rapport mensuel.

Selon eux, il y aurait un risque que les grandes plateformes déjà existantes pourraient créer des monopoles par des effets de réseau, des économies d’échelle et des économies d'envergure et que le marché pourrait se développer suivant le principe que « le vainqueur emporte tout ».

Les établissements de crédit allemands offrant des opérations de paiement auraient certes déjà entrepris de gros efforts pour s’adapter aux nouvelles conditions de concurrence. Ils miseraient ainsi de plus en plus sur des solutions innovantes telles que la digitalisation de la carte de paiement « girocard » dans le smartphone. « Pour pouvoir participer à long terme au marché européen et pour être à la hauteur des concurrents internationaux, ils doivent étendre la portée des procédures jusqu’alors nationales pour qu'elles soient disponibles au niveau transnational », peut-on lire dans le Rapport.