Une femme avec un caddie au supermarché vérifie sa facture.

Rapport mensuel : Le taux d'inflation en Allemagne pourrait demeurer au-dessus de 2 pour cent jusqu’au milieu de l’année 2022

Dans son récent Rapport mensuel, la Bundesbank table sur une poursuite de la hausse des taux d'inflation en Allemagne. Ce qui joue également un rôle dans ce contexte, est le fait que l’effet statistique exceptionnel (cf. rapport mensuel 02/2021), qui, en août, exerce encore une fois un effet de frein d’une intensité similaire à celle du mois de juillet, s’atténuera nettement en septembre et octobre, avant de devenir légèrement positif en novembre, écrivent les experts. En décembre, cet effet, imputable à un net changement au niveau du poids des voyages à forfait dans le panier de l'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) intervenu au tournant de l'année 2020/2021, sera entièrement supprimé. Selon les experts, le taux d'inflation devrait certes de nouveau reculer nettement au début de l’année 2022 – notamment en raison de la suppression de l’effet de base qui est responsable de la hausse du taux d'inflation et dû à la baisse temporaire des taux de TVA au deuxième semestre 2020. Toutefois, le taux d'inflation en Allemagne pourrait demeurer au-dessus de 2 pour cent jusqu’au milieu de l’année 2022.

Déjà au printemps et en juillet de cette année, les consommateurs ont subi une hausse sensible des prix. Ce renchérissement a touché toutes les composantes importantes de l'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH), peut-on lire dans le Rapport. Des hausses de prix dans les filières en amont, dues à une demande robuste, mais aussi à des pénuries tout au long des chaînes de livraison, ont probablement été largement transmises aux consommateurs par le biais d’une augmentation des prix des biens industriels. Par ailleurs, un autre facteur pourrait être le fait que les entreprises ont essayé après la réouverture des commerces de compenser une partie des pertes occasionnées par les fermetures en raison de la pandémie par des prix plus élevés. En plus, à cause du besoin de rattrapage des consommateurs, il a été relativement facile d’imposer cette hausse des prix, écrivent les économistes. Ainsi, par exemple, les prix auraient été sensiblement augmentés dans les domaines de l’hôtellerie domestique ou de la restauration. Selon le Rapport mensuel, les voyages en avion et à forfait, dont les prix ont dans une large mesure encore dû être estimés en raison des restrictions encore en vigueur à l’époque, ont également contribué au renchérissement des services.

La performance économique allemande devrait fortement augmenter en été

Dans le Rapport, les experts se penchent aussi sur l’évolution de l’économie en Allemagne. Selon eux, la performance économique allemande devrait fortement augmenter en été et afficher une croissance encore considérablement plus importante qu’au printemps. Cela serait dû à l’allègement sensible, à partir de la mi-mai, des mesures destinées à endiguer la pandémie de coronavirus. Cet allègement aurait dans le trimestre en cours un effet plus fort et surtout plus durable qu'au printemps. « Les principaux bénéficiaires de ces mesures allégées sont les secteurs auparavant les plus touchés, comme l’hôtellerie et la restauration, les prestataires de voyages et des parties du commerce de détail stationnaire », écrivent les experts. Dans l’industrie et dans le secteur principal de la construction, les carnets de commandes seraient certes bien remplis. L’industrie n’aurait cependant pas pu en tirer profit au cours du deuxième trimestre en raison des pénuries de livraison encore renforcées au niveau de certains produits intermédiaires. Depuis, des premiers signes seraient apparus indiquant que ces pénuries de livraison du moins ne se renforcent plus aussi sensiblement qu’auparavant. Dans l’ensemble, il resterait à voir si le produit intérieur brut (PIB) atteindra de nouveau son niveau d’avant-crise déjà en été ou seulement en automne. Selon les experts, il existe une incertitude en ce qui concerne les effets ultérieurs de la pandémie : « Ainsi, le variant Delta et un relâchement de la dynamique de vaccination pourraient entraîner un nouveau renforcement des mesures de protection ». Mais cela ne devrait avoir des répercussions plus fortes sur l'économie qu'à partir du trimestre d'automne.