Weidmann lors de son discours au Übersee-Club Hamburg

Weidmann : L'endettement à grande échelle au niveau de l'UE devrait rester une mesure de crise unique

Lors d'un discours en ligne tenu devant des étudiants et des professeurs de l'Université de Harvard, le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, a expliqué les effets économiques à long terme de la crise du coronavirus, tels qu'une entrave à la concurrence ou un protectionnisme accru des économies. Les jeunes pourraient être particulièrement touchés par les problèmes sur le marché du travail ou par des perturbations de leur formation. Face à l'augmentation de la dette publique, il a demandé que « toutes les mesures de crise devraient être temporaires afin que les déficits budgétaires puissent se résorber après la crise. » Cela deviendrait d'autant plus important dans le contexte de trois impératifs fondamentaux pour l'avenir : premièrement, la nécessité de promouvoir une croissance durable en encourageant l'éducation, le changement numérique et la transition vers une économie respectueuse du climat. Deuxièmement, la nécessité de supporter les charges financières du vieillissement de la société. Et troisièmement, la nécessité pour les gouvernements de rétablir leurs capacités budgétaires pour pouvoir faire face à la prochaine crise. Du point de vue de la banque centrale, des finances saines s’imposeraient également pour une autre raison. « Plus le niveau d'endettement est élevé, plus il est difficile pour les responsables de la politique monétaire de relever les taux d'intérêt lorsque cela est exigé par l'anticipation des prix », a déclaré M. Weidmann. Les banques centrales pourraient être davantage soumises à des pressions pour maintenir les coûts de financement des États à un niveau bas et ainsi risquer finalement de perdre leur indépendance.

L'endettement commun au niveau de l'UE devrait rester une exception

M. Weidmann s'est déclaré préoccupé par l'endettement commun à grande échelle au sein de l'UE destiné à alimenter le fonds de relance pour faire face à l'épidémie du coronavirus. « Ce qui inquiète, c’est l’emprunt à grande échelle au niveau de l’UE », a-t-il déclaré. « Cette forme d'endettement devrait rester une mesure de crise unique. » Un endettement commun durable ne serait pas, selon lui, en accord avec le cadre institutionnel de l'UE. Si l'on transférait la responsabilité financière au niveau européen, les États membres devraient alors également transférer leurs compétences en matière de politique budgétaire au niveau européen. « Cela nécessiterait une intégration politique plus étroite et, en fin de compte, même le développement de l'UE vers un État fédéral démocratique » a-t-il ajouté. Alternativement, il serait possible de renforcer la responsabilité budgétaire individuelle des pays de la zone euro, afin qu'ils veillent eux-mêmes à ce que leurs finances soient saines. Toutefois, la réponse à la question de savoir s’il convient de renforcer l'intégration politique ou la responsabilité individuelle ne devrait pas relever des banquiers centraux, mais des citoyens européens.

La politique monétaire ne peut que fournir une aide limitée

Dans son discours, M. Weidmann a aussi évoqué la contribution de la politique monétaire à la lutte contre les conséquences de la crise du coronavirus, tout en soulignant les limites de la politique monétaire. En une période où une contraction économique atténue les anticipations d'inflation et où un manque de liquidités dans le système financier pourrait exacerber la crise, une politique monétaire expansionniste est importante, a déclaré le président de la Bundesbank. Autrement, il pourrait y avoir des effets de rétroaction nuisibles qui, en fin de compte, pourraient compromettre la stabilité des prix. Bien que la politique monétaire puisse contribuer à stabiliser l'économie, elle ne peut pas corriger les distorsions économiques provoquées par le choc pandémique, a-t-il expliqué. « La politique monétaire ne peut aider que lorsque la liquidité est limitée ou les taux d'intérêt sont trop élevés. Mais elle ne peut pas compenser les pertes de revenus dues à des défauts de paiements », a déclaré M. Weidmann. Ce problème devrait être directement abordé par des transferts fiscaux.